Off-Courts a 20 ans

 

Les “Rencontres France-Québec autour du court métrage” fêteront, du 6 au 14 septembre prochains, leurs deux décennies d’existence à Trouville-sur-Mer (Calvados).
Normandie Animation y accentuera un peu plus sa présence, dans la programmation et en marge de ce rendez-vous annuel devenu incontournable pour tous les professionnel/les normands du cinéma et de l’audiovisuel.
Une part belle sera d’ailleurs dédiée à la création animée dans cette 20e édition, dans la compétition (où une dizaine de films d’animation concourent parmi les films en vues continues), à travers une “carte blanche” donnée aux productions Sacrebleu (vingtenaires elles-aussi), par des ateliers d’initiation présentés par le studio Imaka Films, installés de l’autre côté de la Touques.

En marge du festival, plusieurs rencontres interprofessionnelles – formelles et informelles – auront lieu à Trouville.
Notamment :
• le 3e comité technique de Normandie Images (agence régionale du cinéma et de l’audiovisuel), auquel participe depuis mai 2019 Normandie Animation (11/09),
• l’assemblée générale de Normandie Animation (11/09),
• le traditionnel “pot normand” où le réseautage tourne à plein régime entre deux calva-Schweppes (12/09).

 

 

 

Été studieux pour Normandie Animation

L’été est une période toujours aussi dense pour Normandie Animation.
Pas de festival, pas de colloque, pas d’atelier – sauvage ou domestiqué – mais un labeur discret pour préparer la rentrée décisive de septembre, la Fête du cinéma d’animation qui suivra et le grand virage que s’apprête (enfin) à opérer la région normande pour l’émergence d’un véritable écosystème de l’image animée et des effets numériques audio-visuels.

Dans l’immédiat, voici ce que nous pouvons dévoiler :
• Nous participons activement depuis mai aux comités techniques de Normandie Images (agence régionale du cinéma et de l’audiovisuel) afin d’encourager une vraie politique régionale d’investissement en faveur de la création animée. On pars de loin, le retard pris sur les autres régions métropolitaines est abyssal mais les lignes bougent.

• Normandie Animation sera présente pendant la 20e édition du Festival Off-Courts de Trouville (6-14 septembre)
– ateliers de sensibilisation aux techniques d’animation avec Imaka Films
– participation au 3e comité technique (écriture, accompagnement des pros, émergence des nouveaux talents) de Normandie Images (11/09)
– C.A de Normandie Images (11/09)
– assemblée générale de l’association (11/09) exclusivement réservée aux adhérents de l’association
– diverses rencontres informelles que la décence (et ce qui reste de la loi Evin) nous interdit de décrire précisément.

• Le 30 septembre, Laniméa, toute première école d’animation implantée en Normandie, accueillera ses 16 premiers élèves à Caudebec-lès-Elbeuf (76).
C’est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup !

• A l’occasion de la “Fête du cinéma d’animation”,  premières circulations d’un programme de courts métrages “Best of Annecy & Cie”. Programme itinérant (sur les 5 départements de la région) estampillé “Normandie Animation”, en collaboration étroite avec MaCaO 7e art (réseau de salles indépendantes en Normandie).
La diffusion de ce programme se prolongera jusqu’en mai 2020.
Normandie Animation anime vraiment le territoire et concrétise vraiment le maillage territorial. Qu’on se le dise !

• Après Rennes (avril) et Annecy (juin), représentation plus affirmée dans les rencontres professionnelles, notamment à Angoulême, Lille, Paris au quatrième trimestre 2019.

• Parmi les nombreux projets sur le feu, la mise en place d’une résidence d’écriture “animation et œuvres hybridées” avance positivement.

Pour le reste, on se contentera de cette pirouette métaphorique : “la terre du potager est bel et bien fertilisée (sans intrants chimiques !), les premières pouces émergent, bientôt les premières récoltes résistantes aux aléas climatiques.”
Encore un peu de patience…

 

Illustration de l’article © DR Kaijū no kodomo

 

 

Rencontre avec Félix Dufour-Laperrière

Le Café des Images (Hérouville – 14) programme le samedi 22 juin à 18h une avant-première du premier long métrage de Félix Dufour-Laperrière.
Œuvre hors norme dans sa narration comme dans sa beauté plastique et sonore, Ville Neuve porte l’art des dessins animés à un paroxysme poétique inédit.

Jean-Christophe Perrier, président de Normandie Animation, animera cette rencontre exceptionnelle.

pour réserver ou acheter vos places (attention, nombre de places limité !)

 

 

 

 

 

@Annecy 2019

 

Première preuve de vie de l’équipage normand à bord de la station orbitale haut-savoyarde.
A Ground Control, Major Tom s’est servi une coupe de champagne !

[à suivre]

 

 

 

Actualité de la société Imaka Films

 

Le vendredi 7 juin 2019, au cinéma le Sirius au Havre, Imaka Films participait à la journée de présentation publique des projets soutenus en 2018 par le “fonds d’aide création/production Région Normandie/CNC”. Une belle occasion de rencontrer les auteurs, réalisateurs et producteurs autour de leurs projets en cours de développement.
Ce rendez-vous était organisé et piloté par l’agence régionale du cinéma et de l’audiovisuel, Normandie Images.

Voici les trois projet en production présentés par le studio :

Lion bleu de Zoia Trofimova (court métrage d’animation – 15’)
Un paysan solitaire accueille chez lui un chaton en détresse qui devient un jour le grand Lion Bleu. Mais les villageois ont peur et le chassent. Alors, le paysan installe sa maison sur une charrette, récupère le lion et sa vache et s’en va. Seul reste sur place son bouleau qui n’a pas pu être déraciné. Le paysan et ses bêtes voyagent à travers le monde pour trouver un endroit où poser leur maison. De temps à temps, le paysan pense à son village natal. Son bouleau lui manque tellement !
Pompier de Yulia Aronova (court métrage d’animation – 8’)
Perché sur sa tour de guet, un pompier scrute la ville, prêt à braver tous les dangers. Cependant, les rues sont calmes et paisibles. Alors, il s’acharne à chercher le feu en tout lieu.
Désespéré, le pompier renonce à exercer son métier. Mais un jour, il rencontre une femme qui brûle d’amour pour lui.

Encore heureux qu’il ait fait beau de Youri Tcherenkov (long métrage d’animation, d’après de roman-jeunesse de Florence Thinard)
En coproduction avec Les Films de l’Arlequin.
Trois adultes et sept enfants se trouvent dans la bibliothèque Jacques Prévert qui vogue sur l’océan !
La vie à bord s’organise et chacun fait preuve de courage et d’imagination.

Imaka Films présentera par ailleurs tous ses projets au Marché International du Film d’Animation (MIFA) d’Annecy du 11 au 14 juin 2019.

 

 

 

Le marché de l’animation en 2018

Comme chaque année, le CNC publie son bilan du marché français de l’animation, à l’occasion des Festival et Marché Internationaux du Film d’Animation d’Annecy.
Comme chaque année, que l’on s’intéresse, de près ou de loin, au poids socio-économique que représente la création audiovisuelle animée en France, il est fortement recommandé d’y jeter un œil averti pour comprendre les tenants et aboutissants d’une industrie culturelle florissante et toujours plus prometteuse.
Quel que soit votre enthousiasme à produire ce relatif effort, vous pouvez consulter au choix les grandes lignes du bilan illustrées de graphiques et de jolies couleurs ou vous taper tout ou partie des 130 pages du bilan complet.

Les “grandes lignes” du marché de l’animation en 2019 :
• Une production dynamique (volumes de production, principaux producteurs, financements, …)
Impact positif des crédits d’impôt (relocalisation des activités, des dépenses, des emplois)
• Un secteur riche d’emplois (forte et durable augmentation, secteur majoritairement “jeune et masculin”, féminisation du personnel permanent)
• Les films d’animation en salles (entrées, parts de marché, publics)
• Un secteur qui rayonne à l’international (exportations et succès d’audience)
Large place de l’animation française à la télévision (état et évolution de l’offre, audiences)
• Une présence renforcée dans la vidéo “délinéaire” (“télévision de rattrapage”, VOD, …)

Synthèse du bilan globale :
7 longs métrages français d’animation produits en 2018
Plus haut niveau de la décennie pour les films d’animation français recommandés “art & essai”
Fréquentation en hausse pour les films d’animation français
• Production d’animation audiovisuelle (tv) en léger recul
• Une relocalisation record des dépenses en France
Croissance persistante de l’offre télévisuelle majoritairement française
Programmes “jeunesse” : genre sur-consommé en tv de rattrapage
• Près de 35 000 épisodes de programmes jeunesse disponibles en VOD
Exportation audiovisuelle dopée par les ventes
Près de 1 000 emplois supplémentaires par rapport à 2017

 

 

Actualité de la société Dark Prince

Flow d’Adriaan Lokman*, le tout dernier court-métrage d’animation produit par Dark Prince (Wendy Griffiths et Stéphane Piera), fera l’objet d’une “Séance Événement” lors du prochain Festival International du Film d’Animation d’Annecy, le jeudi 13 juin à 16h, dans le grand théâtre Bonlieu. La grande Première de ce film sensoriel, à mi-chemin entre le narratif et l’expérimental, est une aubaine dans une si belle salle ! Dark Prince produit actuellement une version stéréoscopique de Flow.
Pour celles et ceux qui ne pourront pas en être, il sera également diffusé sur ARTE dans le programme “Court Circuit – Spécial Annecy”, le samedi 15 juin, vers minuit

*Réalisateur hollandais connu pour son Barcode en 2001 – récompensé par un Cristal d’Annecy rien de moins – ou encore Chase en 2012

Deux extraits de Flow d’Adrian Lockman

 

Par ailleurs, le projet de court-métrage hybride (animation et prise de vues réelles) Voyage au bout de moi-même de la réalisatrice Claire Fouquet a remporté, lundi 6 mai dernier, l’adhésion “à l’unanimité” du jury du Fonds de Soutien de la Ville de Paris. Celui-ci lui a décerné sa subvention de 20K€. S’il reste encore une part de financement à trouver pour boucler le budget de ce beau projet, le nouveau soutien, qui vient se rajouter aux aides de la région Aquitaine et du département de la Charente, a donné la niaque à l’équipe de Dark Prince !

 

 

 

 

Le prochain film d’Anna Budanova, produit par Imaka Films, plébiscité par … la Région Centre

Deux sœurs, le troisième court-métrage d’animation réalisé par Anna Budanova et produit par Imaka Films a reçu le 23 avril l’avis favorable de la commission professionnelle “aides à la production de court métrage d’animation” de Ciclic – Région Centre-Val de Loire.  Anna bénéficiera, pendant quelques mois, d’une résidence Ciclic Animation pour travailler sur l’animation de son film.
Félicitations à l’intéressée, à sa productrice et à Vendôme, pour son soutien aux talents des autres régions 😉 !
Par ailleurs, la presse régionale commence à poser un regard intéressé sur l’implantation du premier studio d’animation en Normandie, où plein de beaux projets sont mitonnés avec amour et ténacité :

 

 

 

De retour du Festival national du film d’animation

Wendy Griffiths et Stéphane Piera (Dark Prince) ont représenté Normandie Animation lors de la dernière édition rennaise du festival organisé par l’Association Française du Cinéma d’Animation (AFCA). Petit compte-rendu d’ambiance :

“Dans le cadre du Festival national du film d’animation de Rennes, s’est tenue une table ronde autour des problématiques de lecture des projets d’animation par des commissions mixtes ou majoritairement constitués de professionnels de la « prise de vue continue ». Modéré par la réalisatrice Vergine Keaton et organisée dans le cadre des ateliers de la SRF (Société des Réalisateurs de Films), cette table ronde s’est principalement concentrée sur le fonctionnement de la commission “aide avant réalisation” du CNC. Marc Benoît Créancier, producteur et actuel président de la commission, a mis en avant un pourcentage entre les projets soumis et les projets aidés plutôt en faveur des projets d’animation, et le soutien récent de deux projets d’animation expérimentales, prouvant ainsi la capacité des membres de la commission à se laisser séduire par des projets purement artistiques. Stéphane Piera, auteur-réalisateur et producteur, membre de Normandie Animation lui a rappelé l’important déséquilibre entre le travail demandé à un auteur d’animation pour présenter un projet et celui d’un projet non-animé, la grande majorité des projets aidés par les différentes commissions étant, soit déjà passés par le filtre d’aides au développement, soit des coproductions internationales à des stades très avancés. Ce déséquilibre certain explique pourquoi beaucoup moins de projets d’animation sont soumis dans les commissions nationales et régionales.
Dans la salle, Alexis Hunot, spécialiste de l’animation et actuellement lecteur pour le CNC, a aussi insisté sur le côté réducteur d’une comptabilisation des projets d’animation aidés sans prendre en compte le fait qu’un film d’animation puisse lui-même être un film de fiction, un documentaire ou un film expérimental, qu’il peut s’adresser à la jeunesse ou à des adultes. À ce titre, Stéphane Piera a souligné l’apparent succès dans les commissions mixtes de films hybrides mélangeant fiction et animation, preuve que ces films, plus proches de l’univers de lecteurs extérieurs au secteur de l’animation, trouvent malgré tout plus facilement un écho chez ces derniers. Comme toujours, le sujet, trop vaste pour être abordé en si peu de temps, a laissé de nombreux professionnels présents sur leur faim. À suivre donc.

Le festival lui-même est un espace très convivial, qui voit une belle présence des professionnels de la région Bretagne, mais aussi du petit monde de l’animation française. En parallèle des projections de films en compétition, des séances de pitch (présentation express) pour les projets de séries, de court-métrages ou d’expériences en réalité virtuelle, ont réuni de nombreux professionnels. Plusieurs ateliers dédiés à des “projets en développement” se sont déroulés parallèlement, dont l’un d’eux a retenu tout particulièrement notre attention, à savoir le making of passionnant de notre ami, Jérémy Clapin autour de son film, J’ai Perdu Mon Corps, prochainement en sélection à la “Semaine de la Critique” (Cannes) et au FIFA d’Annecy.

Peu de diffuseurs (Angèle Paulino de TV5 Monde était néanmoins présente) mais plusieurs acteurs de VOD/SVOD comme Benshi ou Universciné ont fait le déplacement pour exprimer, le 25 avril lors de la table ronde “le line-up des diffuseurs”, leur intérêt pour les films, séries, spéciaux ou court-métrages d’animation.

Enfin une table ronde sur les résidences destinées aux auteurs d’animation a mis en avant leur regroupement au sein d’un collectif et comparé plusieurs approches et retours d’expérience.”

 

 

 

Festival Motion Motion 2019

Pour sa troisième édition, le festival du ciné-graphisme (ou motion design pour les initiés) de Nantes, Motion Motion, propose “une journée entièrement gratuite dédiée au graphisme animé à travers des œuvres, conférences, rencontres, projections, un atelier enfant (encadré par notre Yannick Lecœur régional) et des concerts”.